Anuario de Estudios Medievales, Vol 22 (1992)

El pes econòmic de la remença i dels mals usos


https://doi.org/10.3989/aem.1992.v22.1067

Gaspar Feliu i Montfort , España

Resumen


Le but de ce travail est de contribuer à faire connaître les raisons du conflict que suppose la rançon en recherchant ses effets à travers l'étude des charges économiques que la dite rançon, les droits de servage et autres servitudes impliquaient pour les paysans qui y étaient soumis. On y discute de l’origine des droits de servage, de son établissement sur la paysannerie des fermes, de la portée de la Sentencia de Guadalupe, qui n'affecte pas seulement les serfs, mais aussi les «autres paysans», de la casuistique légale, qui devait la payer, quelle en était le montant et dans quelle proportion elle se payait; on y parle aussi du manque d'effectivité du droit de mauvais traitements. On peut en conclure qu'en dehors des intestats et dans certains cas, rares, de la rançon, les droits de servage n'étaient lourds que pour les paysans les plus pauvres, car les paysans aisés n'étaient freinés dans leurs possibilités d'amélioration économi­que que par l'obstacle que représentait l'interdiction d'abandonner la ferme, ce qui entravait le marché de la terre et faisait perdre l'opportunité de mariages avanta­geux.

Texto completo:


PDF


Copyright (c) 2020 Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CSIC)

Licencia de Creative Commons
Esta obra está bajo una licencia de Creative Commons Reconocimiento 4.0 Internacional.


Contacte con la revista aem@imf.csic.es

Soporte técnico soporte.tecnico.revistas@csic.es