Anuario de Estudios Medievales, Vol 26, No 1 (1996)

Estudi iconografie de l’església de Sant Joan Baptista d’Orta (Tarragona)


https://doi.org/10.3989/aem.1996.v26.i1.694

Ángel Monlleó i Calcerà
I.B. "Lluís de Regues ens" Molins de Rei (Barcelona), España

Resumen


[fr] Bâtie à cheval sur le XVᵉ et le XVIᵉ siècles, entre les contreforts du côté de l'Épître, la chapelle majeure de l'église paroissiale d'Orta se résout en une voûte sur croisée d'ogives dont les nervures sont intersectées à une clef pendante en disque et retombent jusqu'aux impostes de quatre culs-de-lampe angulaires en support. Et ce sont précisément ces cinq éléments les seuls point de la chapelle à étaler une représentation sculptorique. Alors que la clef est gravée avec un monogramme du nom de Jésus, les quatre supports insinuent un culot polyédrique soutenu chacun par un adante: un aigle soutenant l'écu carrelé avec la croix de Malte sur le champ et un homme accroupi sur le point de prier, dans les deux plus à l'intérieur. Dans ceux de l'entrée, des bustes d'homme habillés tennant un écu aragonais avec un figuier fruitier arraché, dans l'une, et un plastron plein à huit côtés, dans l'autre.

Malgré la représentation exiguë, l'étude iconografico-iconologique relève tout un programme symbolique d'une richesse vraiment extraordinaire. L'hypertrophiejésu-christique et sotériologique du monogramme, en plus son indiscutable symbolisme solaire, fournissent la clé d'interprétation des culs-de-lampe. Ainsi, en s'inspirant du Physiologus ti des Bestiaires moyenâgeux, les deux intérieurs suivent à la lettre le passage où l'on expose les caractéristiques de l'aigle et les commentaires moralisants qu'on y lit. Rapporté au monogramme, il est désormais dévoilé le symbolisme baptismal de toute la chapelle. La signification du renouvellement opéré par le Baptême, de l'homme nouveau qui —d'après l'annonce faite dans l’Apocalypse— en surgit tout en devenant Un avec l'Esprit, reste associée aux deux culs-delampe de l'entrée.

Finalement, faute de documentation objective qui le consteste, la chapelle de la Purissime aurait été à l'origine le baptistère de cette église. Une église qui, d'ailleurs, s'offre à nous, malgré l'omission de la communauté scientifique, comme l'une des plus notables constructions du gothique religieux dans les Terres de l'Ebre catalanes.

Texto completo:


PDF


Copyright (c) 1996 Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CSIC)

Licencia de Creative Commons
Esta obra está bajo una licencia de Creative Commons Reconocimiento 4.0 Internacional.


Contacte con la revista aem@imf.csic.es

Soporte técnico soporte.tecnico.revistas@csic.es